2010 : pas d’autoroute en bord de Seine

AH Chombart de Lauwe
Anne Henri Chombart de lauwe

Aménagement des bords de Seine, rive gauche (Route et berges) Avis d’Actions Environnement Boulogne Billancourt (AEBB), ayant reçu l’agrément au titre d’association de protection de l’environnement au sens de l’article L. 141-1 du Code de l’Environnement, pour les communes de : Boulogne-Billancourt, Issy les Moulineaux, Meudon, Sèvres et Saint-Cloud 1er février 2010

AEBB s’oppose à un aménagement des berges de Seine en réseau routier de 2X2 voies.

Les aménagements proposés ont fait l’objet d’une concertation pour laquelle 93 % des avis étaient opposés à la création d’une 4 voies. Les résultats de cette concertation ont été ignorés par le département.

Le projet routier et celui d’aménagement des berges sont deux aménagements lourds et couteux. Suivis, ils figeront la situation des bords de Seine et rendront cet aménagement irréversible eu égard son coût. Il aura des effets néfastes tant au plan des nuisances sonores, que sur la qualité de l’air et des eaux de Seine.

Plusieurs remarques :

  • l’argument d’une uniformisation de l’ensemble de la RD7 : quid de la section de Saint-Cloud ?
  • l’information donnée sur les dépliants est trompeuse (elle présente une situation idyllique, les photos montages oublient les voitures et surreprésentent les espaces verts) : le dossier d’enquête précise les éléments routiers mais persiste à mettre hors emprise de voirie (les trottoirs, la bande de stationnement, le terre-plein central et la piste cyclable) conduisant à un rapport Espace vert / route erroné. Une véritable prise en compte de ces éléments revient à pratiquement inverser le rapport Voirie/espace verts (6 ha /14 ha) indiqué par le département sur son site et ses dépliants.
  • le projet d’aménagement proposé est qualitativement insuffisant : Quid du rapport du Conseil général en 2006 « Schéma d’aménagement durable des berges de Seine » voté unanimement et dont l’idée force était « Rendre la Seine aux habitants » ?
  • le dossier d’enquête de 669 pages constitue un monument difficilement consultable et n’a été accessible, en dehors des mairies, aux particuliers et associations que vers le 10 janvier après sa mise en ligne sur le site du Conseil général des Hauts de Seine, Certes très complet, il devient totalement incompréhensible pour les habitants non initiés aux questions d’urbanisme.

AEBB fait donc sienne la conclusion d’Environnement 92 : « la mise à 2 fois 2 voies de la RD7 n’est pas justifiée actuellement tant du point de vue économique, des modes de déplacements, de la situation géographique et hydrologique et, a fortiori, de l’écologie et des impacts sur la santé, la nature et l’émission de gaz à effets de serre, si ce n’est la volonté de promouvoir les déplacements automobiles au détriment des transports en commun » et demande à cette occasion que des instruments de mesure des nuisances précitées (eau, air et bruit) soient mis en place dans tout le périmètre de ce projet.

Le Président           A.H. Chombart de Lauwe