Roland Garros : l’arrogance du béton

SPOTS & DESPOTES

pub agressive
l’agressivité de l’argent

Dans tous les journaux et magazines, sur une double page conquérante, la FFT nous matraque et nous fait passer pour des « zozos ». En lisant avec application cette pub, on lit entre les lignes l’aveu : Roland Garros ne peut être réussi qu’en pompant la sève des Serres d’Auteuil. L’architecte-paysagiste, comme un vulgaire coucou, ne peut marquer le monde de  sa magistrale empreinte  qu’aux dépends du site exceptionnel qu’il espère parasiter. La FFT ne pourrait-elle séduire le monde sportif qu’en ravageant les villes?(Paris et Boulogne Billancourt).

Le titre « Roland Garros : Quand le sport fait respirer la ville » C’est sûr que la ville respirera mieux, encerclée dans plus de béton,  moins de plantes et moins d’arbres ! L’image de la pub vient au secours du texte, avec cette belle prairie où ne manquent que les vaches.

La citation de l’architecte-paysagiste-concepteur  Michel Corajoud : « J’ai voulu mettre en rapport fusionnel la beauté du sport et la beauté des plantes du jardin, faire que ces deux mondes se mêlent l’un et l’autre ». L’architecte, fait de la philosophie de comptoir. De cette fusion-absorption des plantes par le tennis, peut-être que le sport sortira vainqueur, mais les plantes sont déjà mortes de peur.

Enfin le texte « Roland Garros est en passe de réussir la performance d’allier le sport, la nature, la ville et son histoire » Tout un programme, qui reconnait l’impossible. « Dans le cadre de la modernisation de son stade, Roland Garros se réinvente (L’objectif c’est le tennis, pas le reste, pas la nature défendue par des « zozos ») A la source du projet, un parti-pris paysager très fort : intégrer harmonieusement le stade dans son environnement exceptionnel mais plus encore, l’ouvrir davantage sur la ville en créant de véritables passerelles entre les espaces verts, le quartier et l’enceinte sportive. Une adaptation pleine de sens pour un stade moderne en ville » (On voit bien l’intérêt pour le stade, mais pour le paysage?  Quant à l’Histoire, c’est celle du tennis, pas celle des villes. Cet environnement exceptionnel, on voit bien ce qu’il  perdrait à l’érection de ce court-enceinte de béton et ses milliers de visiteurs foulant les plantes rares) « Au-delà de la reconstruction des installations dans le triangle historique, et la création d’une couverture amovible sur le court central, un des éléments forts de ce renouveau est la création du court dans le jardin des Serres d’Auteuil : semi-enterré, le troisième court du stade, d’une capacité de 5000 places, ne laissera apparaître aux visiteurs du jardin que les 4 serres entre lesquelles il s’enchâsse » (5000 places, 5000 visiteurs, 10000 pieds. La FFT est consciente de son intrusion, ce sera minimal, juste visible ! 5000 places en stade, justes visibles… ! Un stade qui s’enchâsse, tel une pierre précieuse sur son support!) « Ces nouvelles serres inspirées de l’architecture des serres historiques de Formigé adjacentes proposeront l’exploration, sur le thème des 4 continents, des collections actuelles qui y seront réinstallées. Un projet qui fait partie intégrante du renouveau du Jardin botanique de la Ville de Paris » (S’il y a de nouvelles serres et des collections actuelles réinstallées, c’est bien que des serres anciennes sont détruites, et que leur contenu fragile serait remplacé par les 4 continents (pourquoi pas des photos? Les racines d’un arbre* de 40 mètres de diamètre seront sectionnées  à 12 mètres pour laisser passer le béton; l’argument est le même « on en plante d’autres ». On peut observer que c’est vraiment le jardin botanique de la Ville de Paris qui vient au secours de l’espace Roland Garros de la Ville de Paris)

« De l’autre côté de la rue, la place des Mousquetaires, transformée en vaste esplanade verte, sera ouverte au public toute l’année, hors tournoi, offrant ainsi au quartier un nouvel espace de respiration de près d’un hectare » (voici du cynisme aussi massif que le béton du court, enfin on va respirer ! Jusqu’à présent, on respirait dans le Jardin des Serres d’Auteuil, ouvert à tous toute l’année. Maintenant, on irait respirer sur l’esplanade des Mousquetaires. Quel avantage? Du béton vert, voilà la panacée !) « Un projet ambitieux achevant de faire de Roland Garros un tournoi ouvert sur la ville, Paris, et sur le monde, un tournoi ancré dans son temps » (Ouvert sur Paris? Le stade Hébert, forteresse de béton disparate en est donc une porte. Pour l’autre ville, Boulogne Billancourt, 5000 spectateurs tournant avec leurs voitures, crachant particules et CO2 sont des assiégeants. ) L’enterrement du stade sur les jardins d’Auteuil ne trompe personne! …C’est l’économie** du projet du stade le seul objectif. Les plantes, la nature, les protections historiques, sont des empêcheurs de bétonner en rond ; lapsus vraiment révélateur, le projet achève ( !!) si !si ! il achève l’environnement et notre cadre de vie)

* Ailanthus : un arbre qui absorbe dans ses feuilles les vapeurs de dioxyde de soufre . Il résiste à la poussière de ciment et aux fumées provenant de l’exploitation du goudron de houille et supporte assez bien l’exposition à l’ozone. Mais ne résistera pas au tennis.

**Ce tournoi n’a rien à faire en centre ville. L’année de la COP 21, ce serait incroyable qu’on décide de ravager un espace vert au milieu d’une agglomération très dense de plus de 2 millions d’habitants. Avec le réchauffement climatique, il faut des plantes et des arbres, sinon, il fera plus chaud de 3° ou 4° en ville dans les 20 prochaines années.(quelle chance! La FFT met un toit au Central pour faire de l’ombre!)
Le déplacement à Versailles du tournoi était raisonnable. Mais la FFT, séduite (achetée?) par Bertrand Delanoë qui lui a bradé les Serres d’Auteuil, pour un bail de 99 ans, offert une subvention de 20 millions d »euros et plein d’autres avantages, a choisi de rester sur notre poumon vert.

 

 

5 réflexions sur « Roland Garros : l’arrogance du béton »

  1. Sepp Blatter remettra son mandat de President de la FIFA au prochain congrès appelé à élire son successeur.
    Bref, Sepp Blatter démissionne !

    Blatter s’en va poursuivi par les affaires…..
    Gachassin, President de la FFT, ça ne vous donne pas envie?

  2. « Je contourne, j’achète, je tue… » C’est le mode d’action des défenseurs de notre cause,  » cosa nostra  » en italien.
    Nous voyons « je contourne » et « j’achète », on voit bien qui sont les « contournés  » et les « vénaux « .
    Les irréductibles auront-ils un traitement sur mesures?

    1. Il paraît que Valls a décidé….de céder à la FFT!
      Finalement point besoin de tuer…
      Contre le Fait du Prince, dans un État de Droit, la Justice est la seule voie démocratique.

      Je vous rappelle aussi qu’en décembre prochain auront lieu les élections régionales, et je vous invite à interpeller les colistiers de Bartolone sur les Serres d’Auteuil, Valls et la FFT, et à leur promettre votre vote en conséquence. Bartolone et sa liste n’ont pas pris cette decision calamiteuse et inique, mais ils sont comptables de Valls.

      1. Vous avez parfaitement raison. Le passage en force étant décidé par le premier ministre, (contre la loi), nous sommes poussés à la RESISTANCE et à l’INDIGNATION. La résistance, est raisonnée, l’indignation comporte une part émotionnelle qui pourrait pousser à mettre un bonnet rouge… Mais il nous reste des armes légales contre ce permis de construire s’il était accordé… (légales, mais pas égales, car les recours sont coûteux et risqués, et nos finances sont ténues face à la puissance de la FFT, la ville de Paris et l’Etat…). Mais la sauvegarde des espaces verts est vitale pour tous les habitants des métropoles.

  3. Aux armes citoyens…..
    Préparez votre coup droit, armés de bonnes raquettes, que la FFT connaisse un vrai revers et mange sa terre battue…jusqu’à la lie, son environnement favori!

Les commentaires sont fermés.